· 

Des vœux bouillonnants de projets

Les présidents des trois confédérations se sont réunis lundi 16 janvier, à la mairie du IXe arrondissement de Paris, devant une belle assemblée de professionnels, pour formuler leurs vœux et partager l’incontournable galette.

 

 

Jolies formules et projets stimulants ont été au cœur des discours d’Elie Cazaussus, président de la Confédération nationale des glaciers de France, de Frédéric Chambeau, président de la Confédération des chocolatiers et confiseurs de France et de Pierre Mirgalet, président de la Confédération nationale des artisans pâtissiers, chocolatiers, confiseurs, glaciers, traiteurs de France.

 

« Construire ensemble une société plus bienveillante »

Après un mot d’accueil d'Alexis Govciyan 1er Adjoint de l’arrondissement et directeur de l’Institut supérieur des métiers, Elie Cazaussus a pris la parole. Il a présenté 2017 comme « une année d’action, de combat, dans nos entreprises. Il faut nous adapter en permanence. » Les épreuves éliminatoires pour le concours du MOF glacier 2017-2018 se dérouleront cette année à Brest. Parmi les dossiers à suivre : la charte qualité “Glaces artisanales de France”, lancée en juin 2016, qui permet aux artisans agréés d’arborer l’estampille et de mettre en avant leur savoir-faire auprès des consommateurs. Elie Cazaussus a aussi évoqué « la main tendue à la filière laitière » qui va conduire à la signature d’un protocole d’accord. Enfin, il a émis le vœu de relations toujours plus harmonieuses et rapprochées avec les pâtissiers et les chocolatiers, pour « construire ensemble une société plus bienveillante, où explose le goût des glaces. » 

Frédéric Chambeau s’est réjoui de voir tout le monde du chocolat réuni. Il a estimé que les travaux de sa Confédération avançaient dans le bon sens et que ses premiers mois de mandature avaient permis de faire bouger quelques lignes. Néanmoins, 2017 sera pour les chocolatiers une année de vigilance quant aux évolutions de la règlementation sur l’étiquetage, sujet de préoccupation pour la profession. Frédéric Chambeau a aussi identifié la question des produits bio et équitables comme un enjeu à prendre très au sérieux pour l’avenir. Enfin, Pierre Mirgalet s’est joint à lui pour souhaiter ses meilleurs vœux à toute la profession et ouvrir le temps convivial de la réunion.